Solthis Solidarité Thérapeutique et Initiatives pour la Santé

ONG de solidarité internationale

fondée par des médecins chercheurs,

Solthis contribue à améliorer la santé de tous

en renforçant durablement les systèmes de santé

Faire un don

Consultance – Analyse médias et plan de sensibilisation

23 octobre 2018 |  

Date de début : 12 novembre 2018
Date limite des candidatures : 4 novembre 2018

Télécharger les termes de référence.

Solthis est une ONG de solidarité internationale dont l’objectif est d’améliorer la prévention et l'accès à des soins de qualité en renforçant les systèmes et services de santé des pays où elle intervient. Créée en 2003 par des médecins-chercheurs de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Solthis inscrit son action dans une démarche de développement pérenne afin de faire face sur le long terme aux enjeux de santé publique dans les pays à ressources limitées.

Solthis est une ONG de professionnels de santé et du développement engagés dont la spécificité est :

  • une démarche scientifique et empirique afin de trouver des solutions coûts efficaces adaptées aux réalités du terrain,
  • une mobilisation d'experts pluridisciplinaires des pays du Nord et du Sud afin de prendre en compte toutes les dimensions des enjeux de santé : médicale, sociale, économique ou politique.

 

Contexte et objectifs

L'Afrique de l'Ouest est l'une des régions les plus touchées par le VIH au monde (la 2ème derrière l'Afrique de l'Est et australe) où seules 40% des PVVIH connaissent leur statut virologique, avec une prévalence modérée au sein de la population générale mais concentrée au sein de certains groupes :

  • Professionnel.lle.s du sexe, partenaires et/ou client.e.s,
  • hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes,
  • usager.e.s de drogues,
  • partenaires des PVVIH,
  • personnes ayant des IST.

Dans un contexte socioculturel freinant le recours au dépistage avec notamment des enjeux de stigmatisation forts, il est nécessaire de diversifier l'offre de dépistage pour toucher ces populations spécifiques. Ces populations sont les principales cibles du projet ATLAS car elles n'accèdent pas aux services et/ou leurs pratiques requièrent des tests plus fréquents.

 

Projet ATLAS

En 2016, l'OMS a publié les premières recommandations et orientations mondiales relatives à l'autotest du VIH, en tant que supplément au document intitulé: «Consolidated guidelines on HIV testing services». L'autotest est recommandé comme une approche complémentaire des services de dépistage existants pour atteindre les objectifs 90-90-90.

Le projet ATLAS favorise la diffusion de l'autotest de dépistage du VIH chez les personnes à haut risque et leurs partenaires. ATLAS, qui signifie « Autotest, libre d'accéder à la connaissance de son statut VIH », prévoit de distribuer 500 000 kits d'autotest (dont près de 300 000 en Côte d'Ivoire). Il est mis en œuvre par un consortium composé de Solthis (chef de file) et de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Le bureau de coordination régionale du projet est basé à Dakar, et un bureau national existe dans chacun des trois pays cibles du projet. Il est exécuté dans 3 pays d'Afrique de l'Ouest (Côte d'Ivoire, Mali, Sénégal) pour une durée de 3,5 ans avec le soutien financier d'Unitaid pour un montant de 15,7 millions de dollars. Ces 3 pays ont été choisis pour leurs profils épidémiologiques différents et pour le taux d'accès aux traitements des patients afin de s'assurer qu'en cas de dépistage positif, il puisse y avoir prise en charge dans le système de santé national.

 

Cahier des charges

Le projet ATLAS a pour ambition principale de mettre à disposition des autotests de dépistage du VIH aux populations vulnérables et cachées, qui ne se sont jusqu'à maintenant jamais dépistées et ne s'identifient pas comme cibles :

  • Populations-clés difficiles à atteindre (« hard-to-reach KP ») et leurs partenaires : hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) y compris « cachés », travailleur.se.s du sexe (TS) y compris occasionnel.le.s et leurs partenaires et client.e.s, usager.e.s de drogues et leurs partenaires
  • Partenaires de PVVIH
  • Patients IST et leurs partenaires
  • Jeunes de 16-24 ans (en Côte d'Ivoire uniquement) Pour atteindre cet objectif, il est primordial d'utiliser les canaux de communication adaptés permettant de toucher avec certitude ces cibles.

Chacun des trois pays ATLAS présente des singularités en termes de consommation médiatique, notamment en raison des écarts liés à l'accessibilité de certaines technologies (internet mobile beaucoup plus accessible au Sénégal qu'au Mali par exemple), au niveau de scolarisation, à l'analphabétisme, à la catégorie socio-professionnelle, au lieu de vie (zone urbaine / rurale), etc. De grandes disparités sont également constatées à l'intérieur de ces différents pays.

De ce fait, l'équipe de consultant.e.s proposée et/ou la structure retenue devra conduire son étude au niveau national puis avec un focus sur les régions suivantes : • Sénégal : Dakar, Thiès et Ziguinchor • Côte d'Ivoire : Abidjan, région du Bas Sassandra • Mali : Bamako, Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou

Pour toucher les populations clés, le projet doit également utiliser les messages adaptés à nos cibles. L'autotest est en effet un concept relativement nouveau dans les 3 pays concernés par le projet.

Au-delà de l'indispensable travail de pédagogie sur son existence et son intérêt, et du maintien de messages visant à lutter contre la stigmatisation, les principaux objectifs de sensibilisation sont :

  • accroître la connaissance de l'importance d'accéder au dépistage précoce et au traitement aussi tôt que possible afin de bénéficier d'une bonne qualité de vie,
  • accroître la connaissance sur la prévention afin d'éviter les nouvelles infections.

Les messages élaborés devront tenir compte des 3 niveaux de sensibilisation du projet :

  • local (visée populations cibles)
  • régional (visée populations cibles)
  • national (visée population générale)

Les messages élaborés doivent également tenir compte de l'analphabétisme et de la prépondérance dans certaines régions de langues locales.

L'équipe de consultant.e.s proposée et/ou la structure retenue aura pour mission de :

  • dresser un état des lieux du paysage médiatique de chaque pays en recensant les principaux médias existants (print, radio, télé, digital) au niveau national et dans les régions précitées (radio communautaires, print, télévisions locales…), y compris des médias en langues locales ;
  • déterminer la consommation médiatique des cibles précitées, notamment en s'appuyant sur leurs témoignages, ceux des PVVIH et ceux de partenaires-clés (voir plus haut liste des partenaires du projet ainsi que certains acteurs spécifiques comme le PEPFAR en Côte d'Ivoire ou ENDA Santé au Sénégal– non exhaustif) ayant déjà eu à réaliser des campagnes de sensibilisation auprès de ces populations-clés ; une mise en relation avec le projet STAR pourra être organisée.
  • déterminer les canaux les mieux adaptés pour toucher nos cibles (y compris analphabètes et / ou ne s'exprimant pas en français) et les inciter à se dépister via l'autotest, pour chaque pays et chaque niveau d'intervention ;
  • proposer pour chaque pays et chaque cible, les messages-clés et les supports/outils avec lesquels les diffuser afin de satisfaire les objectifs de sensibilisation du projet.

 

Livrables

L'équipe de consultant.e.s proposée et/ou la structure retenue devra fournir un rapport détaillé reprenant le cahier des charges et plus spécifiquement :

  • Une étude média par pays intégrant : 
    • la liste des médias print, radio, télé et digitaux de chaque pays, leurs cibles, leurs audiences ainsi que leurs programmes phares (si applicable). Dans chacun des pays, cette liste devra recenser les médias nationaux, ainsi que les médias spécifiques aux régions précitées, en tenant compte des langues locales et de leur poids ;
    • la consommation médiatique spécifique de nos cibles sur la base de leurs témoignages et de ceux des partenaires clés et des PVVIH. Le rapport devra indiquer clairement la liste des personnes rencontrées, leur qualité et le mode de contact ;
    • une liste de journalistes / représentant.e.s, au sein de ces médias, à même de diffuser à nos cibles l'importance de la connaissance de son statut, les possibilités de dépistage existantes, l'importance de l'entrée dans le soin en cas de résultat positif, l'importance de la prévention en cas de sérologie négative et de lutter contre la stigmatisation.

 

  • Un plan de sensibilisation par pays par cible intégrant :
    • une revue documentaire des stratégies et supports existants ;
    • la liste des canaux à privilégier pour atteindre nos cibles (y compris analphabètes et / ou ne s'exprimant qu'en langue locale) sur la base de leurs témoignages et ceux des partenaires (voir liste plus haut) et les inciter à connaître leur statut sérologique ;
    • la liste des messages clé et des supports à utiliser, par niveau de sensibilisation, sur la base des témoignages des personnes rencontrées, qui pourraient encourager nos cibles à connaître leur statut sérologique, notamment via l'autotest.

Modalités de soumission

La date et l’heure limite de transmission des offres sont fixées au 4 novembre 2018 à 22 heures GMT.

Elles doivent comporter tous les informations spécifiées dans les présents TdR et être envoyées en format PDF à l'adresse email suivante:

  • A l'attention de Juliette BASTIN (responsable communication et plaidoyer projet ATLAS), copie à Sambacor Ka (RAF Projet ATLAS)
  • REF : 18_01_ATLAS-CO_Media
  • Email : responsablecom.atlas@solthis.org , copie à raf.atlas@solthis.org

Télécharger les termes de référence

Complétez le formulaire suivant pour postuler à cette offre.

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter

S'INSCRIRE

Nos projets

Flux RSS | Plan du site  | Mentions légales  | © Solthis 2018 - Tous droits réservés