Solthis Solidarité Thérapeutique et Initiatives pour la Santé

La santé est un droit
Y accéder est vital

Portrait : nos citoyens solidaires

Rencontre avec la Dr Justine F. Houzanmé, sociologue

11 septembre 2023

BÉNIN

La Dr Justine F. Houzanmé est une sociologue béninoise, sélectionnée pour appuyer l’analyse situationnelle de la prise en charge du VIH pédiatrique et les déterminants du faible taux de dépistage des enfants au Bénin, financée par Expertise France via l'Initiative. Elle nous présente son parcours et les raisons de son engagement.

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Socio-anthropologue, docteur de l'Université d'Abomey-Calavi (UAC), je capitalise plus de 18 ans de travail dans des interventions en direction des populations clés et vulnérables tenant compte de la diversité, l'inclusion, l'égalité de genre et de la société civile en général. Ainsi, j'ai coordonné pendant plus d'une décennie les activités d'une structure de lutte contre la féminisation du VIH/sida et les violences basées sur le genre (VBG), dont les actions visent la promotion des droits des femmes, le leadership féminin et l'autonomisation de la femme de même que le renforcement institutionnel/organisationnel des organisations de la société civile (OSC) au Bénin.

J'œuvre activement dans la consultance, le plaidoyer et la formation, ce qui me permet d'officier en tant qu'experte sur les thématiques suivantes : genre/VIH/ VBG, éducation en santé sexuelle (ESS) intégrant les concepts de VBG, violences faites aux femmes (VFF), mutilations génitales féminines (MGF) et de harcèlement sexuel (HS). Je coordonne actuellement le plaidoyer pour l'opérationnalisation de l'article 16 de la loi 2011-26 du 09 janvier 2012 portant prévention et répression des violences faites aux femmes en République du Bénin.

Je suis par ailleurs très impliquée dans l'activisme sous régional au service de la santé des plus vulnérables et de la jouissance de leurs droits humains en Afrique de l'Ouest.

  • Comment avez-vous connu et êtes-vous devenue consultante pour Solthis ?

J'ai connu Solthis par la découverte de son site internet que je visite dès que je le peux.

Ma prestation dans le cadre de l'assistance technique « Appui pour l’analyse situationnelle de la prise en charge du VIH pédiatrique et les déterminants du faible taux de dépistage des enfants au Bénin » a été facilitée par le Dr Conrad Tonoukouen, ancien collaborateur de Solthis et expert biostatisticien, qui a proposé mon profil d'experte en études sociologiques lors de la constitution de l'équipe de consultants

L'étude, à la fois descriptive et analytique, a été réalisée au Bénin de novembre 2022 à juin 2023 grâce à un financement de L'Initiative (Expertise France). J'ai été mobilisée en qualité d'experte nationale sur le volet qualitatif de l'étude, en ma qualité de sociologue.

  • Pouvez-vous nous présenter en quelques mots la méthodologie de l'étude ?

Nous avons opté pour une démarche consensuelle d'écoute et de validation des outils et du processus à tous les niveaux. La participation effective des principales parties prenantes sous le leadership du Programme Santé de Lutte contre le Sida (PSLS) a également fait la différence pour une meilleure appropriation des résultats à la suite de la collecte de données dans les formations sanitaires.

Les techniques suivantes ont été utilisées pour collecter les données :

  • revue de littérature basée sur des documents de politique, de stratégies et d'autres données normatives relatifs à l'organisation et l'offre des services de Prévention de la Transmission de la Mère à l'Enfant (PTME), de prise en charge des enfants exposés et infectés par le VIH, ainsi que sur des données épidémiologiques ;
  • entretiens individuels semi-structurés avec les différents acteurs des niveaux central, intermédiaire ainsi que périphérique ;
  • entretiens de groupe avec les informateurs clés notamment les parents accompagnants et les conjoints.

Au total, 338 prestataires de soins, agents des centres primaires de santé, jeunes, conjoints, leaders et mères accompagnantes ont été interviewés.

  • Quels sont les acteurs et actrices impliqués dans l'étude ?

Les structures rencontrées par les consultants sont les suivantes :

  • Programme Santé de Lutte contre le SIDA (PSLS) ;
  • CIPEC (Démembrements départementaux du PSLS) ;
  • ONUSIDA

La coordination de cette étude a été assurée par la coordination du PSLS avec l'implication des services de suivi-évaluation et de prise en charge. Un appui considérable a été apporté par les équipes de Solthis et d'Expertise France.

  • Comment l'approche genre a-t-elle été intégrée dans notre étude ?

Plus de la moitié des enquêteur·rice·s étaient des personnes de genre féminin comme nous en avions souligné l'importance.

Au sein de la population d'étude, les mères des enfants PVVIH et les jeunes ont été les cibles prioritaires. Des recommandations adaptées et spécifiques à ces cibles ont été élaborées, ainsi qu'à l'égard de leur conjoint pour améliorer leur implication dans la santé de leurs enfants et de leur couple plus largement.

  • Pouvez-vous nous présenter la problématique / le contexte dans le pays en lien avec l'AT et faire le lien avec l'appui apporté (VIH pédiatrique au Bénin) ?

Dans le cadre de la mise en œuvre de la subvention NFM3 du Fonds mondial couvrant la période 2021-2023, le pays a identifié un gap dans l’atteinte des cibles de couverture en antirétroviraux (ARV) chez les enfants.

Cette situation vient compromettre l’atteinte de la cible des 3×95 de l'Onusida.

Le PSLS a mis en place un certain nombre de stratégies pour améliorer cette couverture qui peinaient encore à améliorer ces indicateurs, particulièrement en ce qui concerne les enfants et leur famille. On peut notamment citer parmi ces stratégies :

– le dépistage hors programme PTME (dépistage familial, dépistage des enfants malnutris, dépistage des enfants hospitalisés dans les services de pédiatrie…) ;

– le dépistage des conjoints des femmes enceintes à travers les tests habituels ;

– la distribution de l’autotest de dépistage du VIH pour les conjoints des femmes enceintes.

Ces stratégies n’ont pas permis d’avoir une amélioration substantielle suffisante de ces indicateurs. Le PSLS a donc demandé une assistance technique à l'Initiative afin de procéder à une analyse de la situation de la prise en charge pédiatrique et de la faible connaissance du statut sérologique chez les enfants de moins de 15 ans pour identifier les déterminants de ces insuffisances afin d’adopter de nouvelles stratégies pour leur amélioration.

Notre mission visait ainsi à appuyer le PSLS Bénin dans l’identification des lacunes dans le dépistage du VIH chez les enfants, la prise en charge du VIH pédiatrique en vue de la proposition de nouvelles stratégies pour la requête de financement auprès du Fonds mondial (GC7) et la future stratégie de lutte contre le VIH/Sida, l’actuelle prenant fin en 2023 (dans le cadre du Plan Stratégique National Intégré orienté vers l’Elimination du VIH/Sida, de la Tuberculose, du Paludisme, des Hépatites, des Infections Sexuellement Transmissibles et des Epidémies – PSNIE).

  • Sur cette AT, quels sont les principaux résultats de l'analyse situationnelle? Les lacunes vs les pistes d'amélioration ?

L'analyse situationnelle du dépistage du VIH chez l'enfant et la prise en charge pédiatrique a montré :

– un faible taux de dépistage précoce chez les enfants nés de mères séropositives ;

– une file active pédiatrique stagnante par rapport à celle des adultes ;

– une cascade 3X95 bien en deçà des performances atteintes chez les adultes.

L'analyse de la disponibilité de l'offre montre que les services de dépistage et de prise en charge pédiatrique du VIH ont une bonne couverture géographique du pays, même s'il existe des disparités entre les départements.

En fonction de tous ces résultats, nous recommandons de :

– lutter contre la stigmatisation et la discrimination en milieu de soins et milieu communautaire ;

– améliorer la continuité des soins : rendre disponible les services tant que possible (jours de marché surtout et horaires flexibles à la pause par exemple) afin de permettre à ceux qui travaillent les jours ouvrables de recevoir aussi les traitements y compris les écoliers et élèves à qui on doit offrir des horaires plus souples ;

– professionnaliser l'annonce du statut à l'enfant/adolescent·e en incluant les parents :

  • former le personnel médical, paramédical sur les stratégies de l'annonce ;
  • implanter la stratégie du CLM (Suivi digital Dirigé par la Communauté) pour identifier les lieux et services VIH disponibles en temps réel ;

– mettre en place un système d'information innovant permettant de recevoir les résultats de PCR, rappels de RDV en temps réel via le mobile ;

– réorganiser l'espace de soins pour mieux les adapter aux personnes de genre masculin notamment les pères : réaliser une étude sur la convivialité en vue de déterminer les facteurs pouvant motiver les personnes de sexe masculin à se sentir plus à l’aise dans les espaces de soins et les adopter ;

– généraliser les groupes de paroles à l’endroit des enfants/adolescent·e·s et jeunes PVVIH encore insuffisants pour améliorer le suivi psychosocial des jeunes patient·e·s ;

– améliorer la collaboration entre médecine moderne et médecine traditionnelle pour l'identification des cas, la référence et le suivi en communauté ;

– mener des études pour mieux comprendre les facteurs qui influencent l'annonce et l'adhérence du traitement chez les enfants/adolescentes.

Twitter

Facebook

© Solthis 2021 - Tous droits réservés | Mentions légales | Données personnelles | Gestion des cookies | Plan du site