Solthis Solidarité Thérapeutique et Initiatives pour la Santé

N’attendons pas la crise pour agir

Faire un don

Epidémie de fièvre EBOLA : la continuité des soins en péril

Solthis Press Release - Paris, 2014 September 12th

12 septembre 2014 |  Communiqué de presse

GUINÉESIERRA LEONEVIH / SidaEBOLASANTÉ DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT

Alors que l’épidémie de fièvre Ebola se propage en Afrique de l’Ouest, Solthis, qui intervient depuis 10 ans dans cette région, attire l’attention de la communauté internationale sur les conséquences catastrophiques de cette crise sur les systèmes de santé. L’accès aux soins et la continuité des traitements des autres pathologies sont gravement menacés.

Cette crise désorganise tous les services sanitaires et impacte gravement les conditions d’accès aux soins pour toutes les populations. Nos équipes sur place témoignent de la situation catastrophique dans certains hôpitaux : la peur des malades de se rendre dans les centres de santé pour consulter ou prendre leurs médicaments, l’interruption des traitements, l’augmentation du nombre de « perdus de vue » qui sortent du circuit de soins. Vanessa Wolfman, pédiatre pour Solthis en Sierra Leone témoigne « le personnel soignant encourt des risques élevés. J’ai également vu des femmes enceintes accoucher sans personnel qualifié et des personnels soignants ne disposant pas de gants pour procéder aux soins et accouchements. » Depuis le 18 août le seul hôpital pédiatrique de référence de Sierra Leone a fermé après l’hospitalisation d’un enfant infecté par le virus Ebola.Notre pédiatre dresse ce constat alarmant « tant que l’hôpital restera fermé, des milliers d’enfants avec des maladies curables, telles que le paludisme ou la pneumonie, mourront chez eux, sans recevoir les traitements dont ils ont besoin. Les conséquences sont aussi graves pour les services pédiatriques assurant la prise en charge du VIH/sida et de la tuberculose ».

Les professionnels de santé sont en première ligne : depuis mars 2014, ce sont plus de 120 personnels soignants qui sont décédés selon l’OMS dans les 4 pays les plus touchés, Guinée, Sierra Leone, Liberia et Nigeria. Et nous ne cessons d’apprendre de nouveaux cas d’infection parmi nos collègues soignants.

Face à la crise, nous adaptons notre soutien auprès des équipes et des autorités sanitaires sierra léonaises et guinéennes, pour assurer le suivi des patients et maintenir une continuité des soins. Ainsi, « nous mettons nos véhicules à disposition du Ministère de la santé et du réseau Nethips (réseau d’associations de personnes vivant avec le VIH) engagé dans des actions de recherche et de contact des patients séropositifs qui ont interrompu leur suivi dans les centres VIH en raison du contexte Ebola. Nous travaillons actuellement aussi avec l'UNICEF et des groupes de soutien pour rechercher les enfants séropositifs perdus de vue, dont le nombre a considérablement augmenté ces derniers mois. Nous organisons des formations, animons des réunions, fournissons des cartes de recharge téléphoniques aux équipes de soins et travailleurs sociaux pour qu’ils puissent contacter les familles et faire des visites à domicile » témoigne Laurent Michiels, Chef de Mission de Solthis en Sierra Leone.

Nous cherchons aussi à répondre, dans la mesure de nos moyens, aux demandes de soutien de nos collègues et partenaires sur place : nous avons commencé à leur fournir des équipements de protection et nous allons mettre au point des formations spécifiques à l’hygiène hospitalière et aux modes de transmission du virus Ebola.

En outre, la suspension des vols commerciaux sur Freetown, la fermeture des frontières terrestres et l’absence de garantie d’évacuation sanitaire pour l’ensemble des expatriés en cas d’infection, ont desconséquences lourdes : beaucoup de départs du personnel international, des retards dans les approvisionnements, notamment en traitements antirétroviraux et des coûts d’expédition de matériel et d’équipement de protection très onéreux pour les ONGs.

Nous lançons donc un appel à la communauté internationale pour que soit apportée une réponse à la hauteur des enjeux colossaux que vivent ces pays et populations. Réponse qui permette de mettre en œuvre les éléments de contrôle de l’épidémie Ebola, mais aussi de préserver l’accès aux soins et la continuité des traitements pour toutes les personnes malades.

Nous lançons un appel au Gouvernement français et à l’Union africaine pour que cesse la suspension des vols vers Freetown et Monrovia et pour la réouverture des frontières.

Nous lançons un appel à la mise en place des moyens nécessaires pour faciliter le départ des professionnels de santé, du Nord comme du Sud, dans les pays touchés, notamment la garantie d’évacuation sanitaire en cas d’infection par le virus Ebola, condition indispensable à leur mobilisation.

Twitter

Facebook

Restez informés

Inscrivez-vous notre newsletter

S'INSCRIRE

Evénements

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher