Solthis Solidarité Thérapeutique et Initiatives pour la Santé

N’attendons pas la crise pour agir

Faire un don

Journée mondiale de lutte contre la pneumonie  2021

Le défi d’une prise en charge précoce pour les enfants de moins 5 ans

12 novembre 2021 |  Infos

NIGERAméliorer la santé infantileONE HEALTH

La pneumonie : première cause de mortalité infectieuse chez les adultes et les enfants

 

2,5 millions de personnes sont mortes en 2019 dont 672 000 enfants. La pandémie Covid-19 a par ailleurs accentué la situation en rajoutant plus de morts et révélant le besoin accru d’outils de diagnostic (oxymètre de pouls) et d’accès à l'oxygène, des éléments essentiels pour prendre en charge les détresses respiratoires qui pourtant restent inaccessibles dans de nombreux pays ou pas suffisant au bon moment pour ceux·celles qui en ont besoin : les victimes de Covid-19 sans compter les enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque année d’infections respiratoires.

 

« […] Beaucoup d’autres sont exposés à la pneumonie en raison de la faible couverture vaccinale, des taux élevés de malnutrition et de la pollution atmosphérique. Cette année, la Journée mondiale de la pneumonie, le 12 novembre 2021, a lieu pendant la COP 26 – la conférence des Nations unies sur le changement climatique. Il s’agit d’un moment crucial pour rassembler s’attaquer au plus grand tueur infectieux de la planète. La pollution atmosphérique est le principal facteur de risque de décès par pneumonie dans tous les groupes d’âge. Près d’un tiers des décès dus à la pneumonie sont attribuables à l’air pollué, soit environ 749 200 personnes en 2019. La nécessité d’agir pour un air pur est claire. La réduction de la pollution de l’air aura des effets bénéfiques importants sur la santé et l’environnement » interpellent les messages de la journée mondiale contre la pneumonie 2021.

 

C'est pour répondre à ces enjeux que le projet AIRE a été lancé en 2019 dans 4 pays de l'Afrique de l'Ouest.  L'outil de diagnostic, oxymètre de pouls, déployé par le projet dans 40 centres de santé au Niger, permet d'identifier et prendre en charge à temps les cas de détresses respiratoires chez les enfants de moins de 5 ans et ainsi prévenir beaucoup de cas graves qui nécessitent l'oxygénothérapie, souvent pas disponible.

 

 » Par semaine, on enregistre à peu près 80 enfants qui ont des problèmes respiratoires. L'oxymètre de pouls nous permet de détecter les indicateurs clés pour pouvoir prendre en urgence les enfants en détresses respiratoires. Si un enfant a un taux d’oxygène inférieur à 90% dans le sang, ça nous interpelle, et nous l’ envoyons rapidement au centre hospitalier, là où il sera pris en charge et placé sous oxygène. » Mme Ibrahim Mariama, Infirmière CSI aéroport II, Niamey

 

La nécessité d'informer les communautés et faire monter le plaidoyer

Au-delà de la collaboration avec le personnel soignant pour mettre en œuvre ce dispositif, en finir avec les détresses respiratoires nécessite de sensibiliser les familles aux signes de danger chez les enfants pour avoir recours aux soins médicaux au bon moment. Le rôle des familles est ainsi incontournable dans cette chaine de prise en charge et le projet AIRE vise à les informer, les sensibiliser et mettre à leur disposition un suivi à domicile jusqu'à J+14 de la période post-prise en charge des enfants.

 

Le projet AIRE comporte également un volet essentiel de recherche opérationnelle qui permettra d'évaluer l'efficacité de ce dispositif. Précieux à Solthis et ses partenaires, les résultats qui seront issus de cette recherche seront utilisés pour convaincre toutes les parties prenantes (décideur·ses, partenaires techniques et financiers, organisations de la société civile ; …) à appuyer et accompagner l'intégration de ce dispositif dans la consultation des enfants de moins de 5 ans à l'échelle nationale, voire régionale, pour que chaque enfant puisse en bénéficier.

 


AIRE – Un projet Régional : financé par UNITAID et soutenu au Niger par l'Agence Française de Développement (AFD au Niger, le projet AIRE est mis en œuvre dans quatre pays (Mali, Niger, Guinée et Burkina Faso) par un consortium composé d'ALIMA (cheffe de file), Solthis, Terre des hommes et Inserm. Solthis est responsable de l'exécution du projet au Niger en collaboration avec l'ONG Bien Être de la Femme et de l'Enfant (BEFEN) qui sera en charge d'une partie du volet communautaire, et sous l'égide du Ministère de la Santé Publique, notamment de la Direction de la santé de la Mère et de l'Enfant (DSME) et la Division de la Santé Néo Infantile (DSNI).  

Twitter

Facebook

Evénements

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher

© Solthis 2021 - Tous droits réservés | Mentions légales | Données personnelles | Gestion des cookies | Plan du site