Solthis Solidarité Thérapeutique et Initiatives pour la Santé

N’attendons pas la crise pour agir

Faire un don

Niger – Faire des revendications des jeunes et des adolescent·e·s une réalité

22 octobre 2020 |  Infos

NIGERPLAIDOYERRENFORCEMENT DES CAPACITÉSRENFORCEMENT DES SYSTÈMES ET SERVICES DE SANTÉSERVICES DE SANTÉDroits et Santé Sexuels et ReproductifsVIH / Sida

Chaque année est célébrée, le 11 octobre, la Journée internationale de la fille. Une opportunité pour les acteurs·trices des droits des filles de faire entendre leur voix. Dans notre série d’articles consacrés aux paroles de celles et ceux qui agissent sur le terrain pour un changement positif , retrouvez l’intervention d’Amina Boube Abou, Coordinatrice nationale de projet à l’ONG Lafia Matassa. Lafia Matassa est partenaire de Solthis dans le cadre du projet JADES 2 pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive des jeunes et des adolescent·e·s au Niger.

 

 

Cette année, le thème de la journée des filles réclame une vie débarrassée des violences basées sur le genre, des pratiques néfastes,du VIH et  infections sexuellement transmissibles. Qu'elle est la situation des jeunes filles au Niger ?

Au Niger, les inégalités entre hommes et femmes ainsi que les violences basées sur le genre persistent. Seulement 16 % des filles, en unions, âgées de 15 à 19 ans décident de leurs propres soins de santé. La pandémie de la COVID19 a par ailleurs renforcé les inégalités dans bien de domaines.

 

La période du couvre-feu a été particulièrement difficile pour les jeunes filles et femmes. Les activités commerciales répandues en fin de journée, essentielles pour subvenir à leurs besoins, étaient compromises. Dans le même temps, sans possibilité de réaliser des activités de mobilisation, beaucoup de rencontres et d’échanges privilégiés en matière de santé sexuelle et reproductive étaient reportées … La mise en quarantaine les a fragilisées. ” Amina Boube Abou, Lafia Matassa, Niger.

 

Plus généralement , nous remarquons une certaine évolution. “Alors que l’institution du mariage est souvent une source de violences au Niger, il est de plus en plus notifié, dans les cérémonies : “Ni violence verbale, ni physique”. Mon souhait est de faire de cette interpellation une réalité, impliquant les décideurs religieux et coutumiers ainsi que les leaders communautaires, pour lutter contre les violences basées sur le genre au sein des communautés.” déclare Amina Boube Abou. Il est de fait primordial de continuer à s’engager sur le terrain, aux côtés des jeunes et des adolescent·e·s.

 

Le thème de cette année met en avant la nécessité d'une génération d'activistes qui accélèrent le changement social. Qu’en est-il des jeunes nigérien·ne·s ?

Le projet JADES 2 vise justement à encourager une nouvelle génération d’activistes à prendre position en faveur des droits en santé sexuelle et reproductive, mais aussi à orienter les décideurs·ses vers l’amélioration des législations et programmes politiques, pour mieux prendre en compte ces droits. Les activités du projet contribuent à consolider le leadership collectif des jeunes, pour interpeller les autorités à améliorer la stratégie nationale en matière de DSSR des jeunes.

Mais ce n’est pas qu’un combat des jeunes, tous les organes de la société civile, toutes les associations locales doivent participer à cet effort pour promouvoir les droits des jeunes en santé sexuelle et reproductive.

 

Quels sont vos souhaits et encouragements pour l’avenir ?

D’une part, je souhaite qu’un maximum de personnes, en particulier les jeunes et les adolescent­·e·s, soient touchés par la bonne information en vue de la lutte contre les violences basées sur le genre et le VIH/Sida. Mais je souhaite que la promotion du genre comme levier pour la réalisation des droits en santé sexuelle et reproductive des jeunes porte ses fruits, en mettant l’accent sur l’autonomisation des jeunes filles.

Sans oublier que les filles et les femmes ne doivent jamais baisser les bras. Leur action et mobilisation comptent, ainsi que leur participation dans les échanges entre pair·e·s et intergénérationnelles. Leurs messages doivent se propager pour créer un environnement où les femmes auront accès à leurs droits en santé sexuelle et reproductive, et où les violences de genre seront éradiquées.

 


Lafia Matassa est une ONG créée en 1999.Elle a pour objectif de Contribuer à la promotion de la santé sexuelle et reproductive des jeunes et adolescent.e.s”.

Pour en savoir plus sur le projet Jades 2 au Niger. Il est réalisé en partenariat avec les ONGs Equilibres & Populations, et Lafia Matassa.


Lire également :

Au Niger, les jeunes se mobilisent et font face pour promouvoir leur santé sexuelle et reproductive

Niger – La voix des adolescent·e·s, un avenir prometteur en matière de promotion de la santé sexuelle et reproductive

Niger – Un espoir pour la santé sexuelle et reproductive des jeunes

Twitter

Facebook

Evénements

Aucun événement n'a été trouvé

ven

19

Nov

Du 19 novembre 2021 au 21 novembre 2021

AFRAMED 2021

AFRAMED 2021

Hammamet, Tunisie

LIBANTUNISIECOVID-19HÉPATITESVIH / Sida


lun

06

Déc

Du 6 décembre 2021 au 11 décembre 2021

Retrouvez Solthis à l'ICASA 2021

Retrouvez Solthis à l'ICASA 2021

VIH / Sida


Tout afficher