Solthis Solidarité Thérapeutique et Initiatives pour la Santé

N’attendons pas la crise pour agir

Faire un don

Niger – Mali : Aujourd’hui les jeunes filles viennent au centre pour s’informer sur leur santé sexuelle et reproductive

3 mai 2019 |  Infos |  , , ,

MALINIGERMobilisation communautaireRENFORCEMENT DES SYSTÈMES ET SERVICES DE SANTÉSanté Sexuelle et Reproductive

Solthis- Santé des jeunes

Santé des jeunes: Rencontre avec nos partenaires ONG Walé, ONG ASDAP et ONG Lafia Matassa qui nous ont parlé de l’impact du projet JADES au Mali et au Niger, projet mené en collaboration avec Equilibres et population depuis Janvier 2016, à Bamako, Ségou, Niamey et Maradi pour promouvoir la santé sexuelle et reproductive des adolescent.e.s et des jeunes.

 

Stanislas Dakono , ONG ASDAP, Point focal du projet JADES  : Certes une goutte d’eau dans le vase, mais le projet JADES a contribué à améliorer la condition des jeunes et des adolescent.e.s au Mali.

Stanislas D. ONG ASDAP” La collaboration avec le projet JADES a été vraiment bénéfique pour nous acteurs du terrain. Elle nous a permis de travailler avec la communauté locale, notamment les centres d’écoute communautaire, une association d’aide familiale et une association de jeunes. Nous avons travaillé à la fois avec les jeunes scolarisés et non scolarisés et le travail effectué a permis d’atteindre des résultats, certes une goutte d’eau dans la vase, mais qui aujourd’hui représentent une avancée notoire dans le contexte malien où les jeunes n’avaient pas accès à des informations fiables. Les informations peuvent les aider à se protéger, à avoir des pratiques sans risque. Si dans un groupement de jeunes, personne n’est informé.e, les fausses informations circulent, mais s’il y a un.e jeune informé.e, il va pouvoir démentir et donner une information juste. JADES a beaucoup contribué à améliorer les connaissances des jeunes. Des jeunes leaders ont été formés et ont à leur tour mené des activités de sensibilisation auprès d’autres jeunes.

Des agents de santé ont également été formés pour améliorer l’offre des soins pour les jeunes. Aujourd’hui, nous pouvons dire que le projet JADES a permis d’avancer sur certains points qui ne bougeait pas au Mali, des points sur les DSSR (Droits à la Santé Sexuelle et Reproductive), car aussitôt qu’on en parlait, il y avait beaucoup de questions qui étaient soulevées, et le projet JADES a contribué a donné les réponses sur ces questions autour des grossesses, de la planification familiale, autour des infections sexuellement transmissible. Aujourd’hui, nous sommes fier.e.s de dire que le projet JADES a permis d’améliorer les conditions de vie de jeunes et des adolescent.e.s au Mali. Les parents appellent pour poser des questions, et certains leaders religieux nous soutiennent.

 

Dr Assitan Gambele, ONG ASDAP, Médécin traitant au sein du programme jeunes et adolescents : Avant les jeunes étaient marginalisé.e.s, aujourd’hui ils sont plus à l’aise et fréquentent plus les centres de santé

Dr. Assitan DEMBELE - ONG ASDAP MaliLe projet JADES a eu un impact positif dans les centres de santé, notamment par le renforcement des capacités des agents de santé sur l'accueil et l’offre des soins. Avant, dans les structures de santé, les jeunes étaient marginalisé.e.s, maintenant ils sont plus à l’aise grâce au projet JADES. Ils viennent plus au centre de santé et les centres répondent plus à leurs besoins. Ils ont essayé d’adapter leurs horaires aux jeunes, car avant les horaires n’étaient pas adaptés, les jeunes venaient dans la soirée, et l’équipe en charge des questions de Santé Sexuelle et Reproductive n’étaient pas forcément sur place. Avec le projet JADES, les centres de santé partenaires ont essayé de s'organiser pour s’adapter aux jeunes.

“Dans les centres de santé, les agents de santé se mettent dans la peau des parents sans considérer les enjeux des jeunes. Une fille de moins de 18 ans s’est présentée au centre, le soignant n’a pas voulu écouter ses besoins. La voyant 5 mois plus tard enceinte, elle s’est culpabilisée.” ajoute Stanislas Dakono.

 

Dr Ali SOUMOUNTERA, Directeur de l’ONG WALE, Ségou  : La démarche d’impliquer les principales cibles du projet adoptées depuis le début, a été la clé de réussite du projet JADES et va contribuer à sa durabilité

Dr Ali SOUMOUNTERA - ONG WaléLes éléments clés qui ont contribué à la réussite du projet JADES, c’est la démarche qui a été adoptée depuis le début : l’implication des premières cibles du projet, dont les jeunes. Leur identification et leur formation se sont basées sur leurs besoins principaux, c’est-à-dire que nous sommes partis des objectifs du projet qui étaient déjà élaborés pour les adapter à ce que les jeunes puissent efficacement contribuer, aussi bien les leaders qui sont les acteurs et actrices clés dans l’environnement. Il a fallu à un temps donné leur demander quels étaient leurs besoins par rapport aux missions confiées dans le cadre du projet : passer l’information, susciter les discussions, transformer l’environnement. Chaque acteur a eu à dire en fonction des ses capacités et insuffisances, voici les besoins qu’il me faut satisfaire pour être efficace dans le projet. Je pense que c’est une dimension qui a été très bénéfique et qui va contribuer à la durabilité du projet. Les leaders qui ont été formés ont maintenant l’habitude d’animer des émissions radios ou les jeunes qui ont appris à animer des séances de façon autonome. Ceci est un acquis pour nous même si le projet prend fin. Les établissements partenaires, dans lesquels nous avons travaillé, ont pris conscience de cette réalité et ont vu que la structuration et le mode de l’accompagnement permettent vraiment à l’école de pouvoir s’en sortir. Surtout qu’il y a d’autres établissements qui ont envié la démarche, mais qui l’ont pas eu parce que le projet avait ses limites. Ce sont des stratégies sur lesquelles on pourra par la suite s’appuyer pour pouvoir vraiment avancer.

 

Boubi Abou Amina, Chargée du projet JADES et Responsable mobilisation communautaire, ONG Lafia MATASSA. Nous devons faire de sorte que toutes les acteurs soient impliqués contre les violences, les comportements sexuels à risque pour les jeunes

Amina B. ONG LAfia Matassa, Niger 2Nous avons travaillé avec les jeunes, leurs encadreurs, les parents, les leaders communautaires, les groupements féminins et les services techniques à travers les différentes directions au niveau de la région de Niamey et de Maradi. Ils ont bénéficié des renforcement de capacité et ont réalisé à leur tour des actions envers la communauté, envers d’autres jeunes à travers la paire éducation et le dialogue intergénérationnel. Ces activités n’ont pas été sans impact, parce que nous pouvons cité au niveau de la région de Maradi, l’implication du milieu scolaire, des autorités du Ministère de la jeunesse ainsi que les leaders communautaires identifiés. Nous essayons d’adopter une approche pluri-acteurs et travailler avec les jeunes pour pouvoir toucher plus de jeunes et pouvoir contribuer efficacement à la promotion de la santé sexuelle et reproductive des jeunes et des adolescent.e.s.

 

En savoir plus sur le projet JADES

 

Twitter

Facebook