Solthis Solidarité Thérapeutique et Initiatives pour la Santé

N’attendons pas la crise pour agir

Faire un don

PALUDISME

Photo Libre de droit OMs tanzanie

Les Enjeux

En 2017, 219 millions de cas ont été recensés par l'OMS, tandis que le paludisme a causé la mort de 435 000 personnes. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans sont particulièrement vulnérables, les enfants représentant 61% des décès liés au paludisme. L'Afrique reste le continent le plus touché par la maladie avec 92% des cas. Des progrès majeurs ont été réalisés depuis 2010, aussi bien liés à l'utilisation de moustiquaire imprégnées d'insecticide, qu'à l'utilisation de traitement préventif (chimioprophylaxie saisonnière des enfants, traitement préventif intermittent pendant la grossesse), qu'au développement de test de diagnostic rapide et qu'à l'utilisation de traitements combinés à base d'artémisinine qui ont permis de réduire de 29% la mortalité par rapport à 201017.

Bien évidemment des progrès restent à réaliser puisqu'on estime que seuls 50% des personnes dorment sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide, seuls 56% des enfants de la zone sahélienne ont bénéficié de la chimioprophylaxie intermittente, et que seules 22% des femmes enceintes ont bénéficié des 3 doses de traitement préventif recommandées pendant la grossesse. Le diagnostic précoce et le traitement rapide sont les moyens les plus efficaces pour prévenir l'aggravation des cas de paludisme et les décès associés, cependant seuls 52% des enfants fébriles consultent dans un centre de santé et parmi eux 40% ne bénéficient pas d'un test de diagnostic rapide.

 

Action de Solthis

Nos priorités sur 2019-2021 :

  • Améliorer le recours aux soins par la mobilisation communautaire, l'utilisation des tests rapides du paludisme dans le cadre de l'amélioration de la prise en charge intégrée mère-enfant (PCIME) et de la gestion intégrée des fièvres de l'enfant (projets Safir et Optifare).
  • Poursuivre la réflexion sur une approche innovante du traitement du paludisme gestationnel.

 

 

 

Pays d’intervention

GUINÉENIGERMALISIERRA LEONE

Expertise

PLAIDOYERFINANCEMENT DE LA SANTÉRENFORCEMENT DES CAPACITÉSRESSOURCES HUMAINESGOUVERNANCE ET POLITIQUES DE SANTÉRENFORCEMENT DES SYSTÈMES ET SERVICES DE SANTÉSERVICES DE SANTÉPRODUITS DE SANTÉ ET SYSTÈME PHARMACEUTIQUELABORATOIRES ET PLATEAUX TECHNIQUESSYSTÈME D’INFORMATION SANITAIRE

Priorité de santé

VIH / SidaTUBERCULOSEHÉPATITES

Contenus associés

Rapport Fonds mondial de Solthis sur « La Gestion des risques dans les Etats fragiles: la santé d'abord! »

2014 |  Les rapports / mémoires de recherche |  , ,

GUINÉEMALINIGERSIERRA LEONEPLAIDOYERFINANCEMENT DE LA SANTÉVIH / SidaTUBERCULOSEPALUDISME

capture couv fb fr"Gestion des risques dans les Etats fragiles: la santé d'abord! Optimiser l'efficacité des subventions du Fonds mondial" Au travers de ce travail -basé sur des faits remontés du terrain: 4 missions dans les pays (Guinée, Mali, Niger, Sierra Leone) et 140 acteurs rencontrés- nous avons identifié un certain nombre de difficultés qui démontrent que la politique de gestion des risques du Fonds mondial est mal adaptée aux Etats fragiles. Les mesures additionnelles de sauvegarde, mises en place par le Secrétariat à la suite des enquêtes du Bureau de l’Inspecteur Général, avaient pour objectifs de limiter les risques financiers et de rassurer les donateurs. Force est de constater que dans des environnements opérationnels difficiles, elles sont à l’origine de dysfonctionnements importants qui mettent en péril l’impact et la pérennité des programmes. Pour aller plus loin et répondre aux défis posés par les Etats fragiles, il est temps pour les administrateurs et les donateurs du Fonds mondial de faire le choix d’une politique audacieuse, innovante et de replacer les risques financiers à leur juste place : après le risque de santé publique. Les principales recommandations de ce rapport ont pour objectif de remettre le risque de santé publique au cœur du dispositif :

  • Opérer un rééquilibrage dans l’analyse et la gestion des différents risques.
  • Simplifier et clarifier les procédures de contrôle: limiter le nombre d’intervenants et de validations.
  • Fixer des objectifs de sortie du dispositif des mesures de sauvegarde additionnelles pour encourager l’appropriation et le renforcement de capacités.
  • Ouvrir la possibilité d’une présence accrue du FM sur le terrain, par des missions de plusieurs semaines voire de plusieurs mois.
  • Adapter aux Etats fragiles les indicateurs et modalités du financement en fonction des résultats.
Téléchargez le rapport complet en Français Voir la brochure synthétique du rapport L'article d'Altermondes consacré au sujet avec l'interview filmée d'Hélène Roger

  Télécharger la ressource

Recevez notre newsletter

Pour recevoir des informations sur notre action et nos projets sur le terrain, abonnez-vous à notre newsletter.

S'INSCRIRE

Nos projets